Collection 2020 – Sous diverses références (Kepler et Joker), le Volkswagen T6 a toujours les faveurs de Westfalia. Cependant, la célèbre marque, dont la production se partage entre l’Allemagne et la France, n’oublie ses autres partenaires que sont Mercedes et Fiat. Ils sont au centre des nouveautés de la collection 2020.

Ce qu’il faut retenir

  • Après 7 ans d’absence, le Westfalia James Cook sur Mercedes Sprinter fait son retour. Une extension de carrosserie permettra d’allonger le lit à l’étape.
  • Westfalia recalibre son offre Amundsen sur Fiat Ducato. Disparition des versions 640 E et 540 D 4×4 et remise à plat des ambiances.
  • Mise à jour du Jules Verne (5,14 m) sur Mercedes Vito. Il est présenté cette année dans une finition Elégance (56.900€ en 102 ch.).
  • Sur VW, le Kepler One (5,30 m) gagne en fonctionnalité : table amovible, couchage bas agrandi, selleries au choix… Lancement d’une série limitée Iconic : peinture métallisée bi-ton vert & blanc.
  • Auparavant sur VW Crafter, le Svend Heddin (5,98 m) passe sur le performant MAN TGL. Là encore, les prix baissent.
  • Nouveau rangement sous la banquette coulissante du Kepler Sixty, le modèle néo-rétro au design coloré : carrosserie bi-ton rouge/blanc, toile de toit rouge, sellerie bicolore…

Il se passe toujours quelque chose chez Westfalia… La marque historique le démontre à nouveau avec l’arrivée prochaine du James Cook (5,93 m) sur Mercedes Sprinter propulsion qui associera pour la première fois une extension de carrosserie (slide out) à trois variantes de toit au choix. Le toit relevable sera privilégié en France.

LIRE AUSSI  : Westfalia confirme le retour du James Cook

Même si la priorité va aux combi-vans à toit relevable, fabriqués en France, la célèbre marque n’oublie pas les grands fourgons sur Fiat Ducato produits outre-Rhin. Soucieuse de se repositionner sur le marché français où la concurrence est intense, Westfalia remanie  sa gamme Amundsen qui devient plus accessible après une baisse significative des prix (à partir de 41.430€ en Fiat 120 ch.).

Changement d’ambiance

Au nombre de trois, contre quatre auparavant (disparition du grand modèle 640 E), les fourgons Amundsen arborent une nouvelle boiserie claire associée à une sellerie chic et sobre, peu salissante, et un sol foncé façon pierre naturelle. Tout ceci devrait relancer en France les Amundsen disponibles dans deux longueurs (5,41 et 5,99 m). Plusieurs packs optionnels, dont certains s’avèrent franchement indispensables, autorisent une personnalisation avancée. Les modèles ne manquent pas de personnalité et adoptent des solutions peu communes, à l’image de la grande soute libérée de toutes entraves dans la largeur.

 

Parmi les grands fourgons, notez encore le passage du Svend Heddin (5,98 m) sur MAN TGL, alors qu’il était auparavant sur le VW Crafter. Une décision sans doute justifiée par le développement du Volkswagen grand California sur Crafter.… Affiché de série en 140 ch., le Svend Heddin est affiché moins cher cette année (59.680€ contre 61.604€ l’an dernier). La paroi latérale gauche, à hauteur du lit transversal, bascule comme une fenêtre à projection, ce qui permet d’allonger le couchage.

La ligne très élégante et fluide du Svend Heddin sur MAN TGE. Le prix démarre sous la barre des 60.000 €.

Volkswagen reste le partenaire privilégié pour les combi-vans à toit relevable, fabriqués en France. Pour autant, dans cette gamme de véhicules, Westfalia ne veut pas se couper de Mercedes avec qui elle réalise le Jules Verne. Le plus court des Westfalia à toit relevable (5,14 m) profite cette année d’importantes évolutions. Nous retiendrons en priorité celle qui porte sur la mise en place du couchage bas, non plus composé d’une mosaïque de coussins au confort aléatoire mais de deux matelas de bonne épaisseur, comme sur le Kepler One. Un espace dédié derrière la banquette accueille ces matelas.

 

Ce qui change aussi c’est le pied de table, non plus fixe mais amovible. En roulant, le plateau se glisse sur le matelas du lit haut. Bon point aussi pour le WC, moins encombrant que le précédent modèle. Westfalia redimensionne aussi les différents tiroirs à disposition que ce soit en cuisine ou sous le petit réfrigérateur. Toutes ces solutions sont également reprises sur le Kepler One.

Pas de doute, il est temps de redécouvrir le Jules Verne. D’une étonnante agilité, très supérieure à celle d’un Volkswagen Transporter étant donné sa motricité, il se conduit comme une automobile. En option à partir de la motorisation 136 ch., la boîte de vitesses automatique à 7 rapports (7G-Tronic Plus) améliore encore le niveau de confort. Au choix, plusieurs motorisations, dont le 190 ch. Notez que le couple moteur du 136 ch. (330 Nm) correspond à celui du Volkswagen 150 ch. (340 Nm).

De toute évidence, la lutte s’annonce plus serrée cette année entre le Kepler One (VW Transporter) et le Jules Verne (Mercedes Vito), À motorisation égale, l’écart de prix se réduit entre les deux (1000 €).

Le Jules Verne est disponible cette année dans une finition Elégance (56.900€ – 102 ch.) :

  • carrosserie blanc artique
  • jantes 17’’
  • poignées et rétroviseurs chromés
  • pack rétrovision
  • éléments chromés à l’intérieur

En complément, un pack Jules Verne (+1850€) renforce encore le caractère très automobile du véhicule (aide au démarrage en cote, autoradio avec écran 7’’, sièges réglables en hauteur, allumage automatique des feux/essuie-glaces, calandre chromée.)

Le Kepler One, combi-van tout confort avec wc et douche, se décline maintenant dans une série spéciale Iconic, à la carrosserie bi-ton Arizona/Missouri. (56.965€).

 

Westfalia Kepler Sixty
Modèle 4 places, le Kepler Sixty (5,30 m), au style néo-rétro, facilement reconnaissable à sa carrosserie bi-ton (rouge/blanc), n’est plus seulement disponible en 150 ch. Auparavant en option (au prix fort, il faut l’avouer), les jantes « Disc Chrome ne figurent plus au catalogue VW.
Total
15
Shares
Ailleurs sur le web
Partenaire Campérêve