Au cœur des préoccupations actuelles, la réduction des déchets est-elle un objectif atteignable dans le cadre de nos voyages en fourgon ? Sans forcément viser le zéro déchet absolu, un tas d’astuces permettent de s’en approcher… en plus de se montrer pratiques au quotidien !

Depuis quelque temps, la petite famille que nous sommes s’efforce de limiter ses déchets à la maison… Cuisine ou salle de bain, l’ennemi c’est le plastique à usage unique. Petit à petit, nos modes de consommation évoluent, d’autant que nous tenons en sensibiliser notre fils a l’importance d’agir au quotidien pour préserver notre planète.

Adeptes des vacances en fourgon, nous adaptons logiquement notre démarche à nos escapades. En voyageant au plus près de la nature, l’occasion nous est donnée de mesurer directement l’impact de nos actions sur notre environnement. Si vous aussi vous êtes tentés, nous vous partageons cinq petits trucs faciles à mettre en place.

1 – Le compost

Faire son compost en fourgon, et pourquoi pas ? Bien sûr, le compost n’a pas vraiment le temps de se faire sur la durée d’un voyage. Mais on peut au moins regrouper et isoler les déchets organiques.
Nous mangeons beaucoup de fruits et de légumes frais et notre poubelle se remplissait à une vitesse folle. Désormais, nous mettons les épluchures, feuilles de thé et autres dans un vieux thermos qui connaît ainsi une deuxième vie. Une fois plein, deux solutions. Soit nous trouvons à en offrir le contenu à des animaux (les cochons sauvages en raffolent !), soit nous l’enterrons en forêt, où il aura tout le temps de se décomposer.
Notre fils Tao adore faire le compost. C’est une activité ludique pour lui en même temps qu’une parfaite occasion de lui faire adopter des gestes « verts ».

Un bon thermos de thé bien chaud ? Non, le récipient à déchets organiques. © Magali Selvi

2 – Le vinaigre blanc

Nous avons fait le choix de bannir tous les produits d’entretien du commerce… Mauvais pour nous mais aussi pour la nature, ils sont en plus généralement conditionnés dans de volumineux contenants en plastique. Retour aux recettes de grand-mère, nous utilisons du vinaigre blanc pour tout : laver les plaques de cuisson, la cuisine, la salle de bain, le sol…
Efficace, facile à utiliser et très économique, nous ne pourrions plus nous en passer. Dans un petit flacon réutilisable et avec une éponge lavable ou un essuie-tout en tissu, c’est le combo parfait.
Si l’odeur vous incommode, il est possible d’y mettre des épluchures d’agrumes pour une senteur plus agréable.

Un pas de plus vers le zéro déchet, l’éponge lavable remplacera parfaitement l’éponge jetable pour appliquer le vinaigre blanc partout où vous souhaitez l’utiliser. © Magali Selvi

3 – Des savons à gogo

Ni gel douche et ni shampoing en flacon, on passe au solide ! Les savons sont placés dans de jolis porte-savons nomades que l’on peut accrocher où l’on veut dans le camion. En plus d’être ultra-économique, c’est joli.
Dans la cuisine également, plus de liquide vaisselle. Le savon de Marseille fait parfaitement l’affaire.

4 – Les sacs en tissu

En fourgon, on va souvent faire les courses. Et qui dit courses, dit sacs plastiques le plus souvent. À moins de prévoir un stock de sacs en tissus, qui se révèlent tout aussi pratiques pour acheter des aliments en vrac. Une fois rentrés dans notre fourgon, nous transvasons nos produits dans des bocaux en verre et le tour est joué. La fan de pochettes que je suis prend en plus un grand plaisir à en avoir plein, d’autant que ça ne prend pas beaucoup de place.

© Magali Selvi

5 – Adieu le film alimentaire

Lors de nos voyages en fourgon, nous essayons toujours de cuisiner un peu plus que nécessaire en quantité pour ne plus avoir qu’à réchauffer et ainsi consommer moins de gaz. La place étant comptée, nous stockons les restes dans de simples bols que nous couvrons d’une charlotte alimentaire (un tissu bordé d’un élastique qui lui permet de s’adapter au contenant). De toutes les tailles, de toutes les couleurs, ça met du peps dans le frigo ! Après utilisation, direction le linge sale pour être lavée puis réutilisée.
Il y aussi l’option bee wraps, un tissu enduit de cire d’abeille (donc un peu rigide et qui adoptera la forme désirée en s’assouplissant à la chaleur de la main). Mais lavables à l’eau froide uniquement, donc moins pratique de mon point de vue.

© Magali Selvi

Alors, le zéro déchet en camion, ça vous semble compliqué ? En plus de préserver la planète, c’est un vrai gain de place ! Plus de flacons encombrants, que de jolis tissus colorés qui égayent l’intérieur de nos camions. Les as de la machine à coudre pourront s’en donner à cœur joie pour fabriquer tout ça “maison” mais de nombreux créateurs proposent de très jolis produits, comme mes chouchous Hiënelë ou L’Origami & Cie.

Après plusieurs mois de pratique, nous en venons à la conclusion que tout est question d’habitude. Notre fils nous demande désormais de ramasser les déchets que nous trouvons pendant nos promenades afin de les jeter dans une poubelle. Du haut de ses 6 ans, ces petits gestes du quotidien deviennent naturels pour lui et cela nous réjouit. Quand bien même l’on ne vise pas la perfection et le zéro déchet absolu, nul doute que chaque petit geste apporte sa pierre à l’édifice.

Retrouvez Magali sur son blog Les voyages de Tao, sur instagram et sur YouTube.

Total
33
Shares
Ailleurs sur le web
Partenaire Campérêve