Nous attendions avec impatience de revenir en Alaska et d’en découvrir encore plus. Autant vous dire que nous n’avons pas été déçus !

Après le parc Denali, nous prenons la route du sud. Enfin, du sud de l’Alaska ! Nous n’allions pas partir si vite de ces contrées sauvages ! Direction la péninsule du Kenai. Nous sommes bien contents de nous éloigner des fumées et profiter à nouveau d’une vue dégagée à des centaines de mètres. Oui, bon, il pleut, mais rien ne viendra gâcher notre enthousiasme. L’Alaska est un des plus beaux territoires sauvages que l’on connaisse.

Après avoir dépassé Anchorage, la plus grosse ville de l’État (mais pas sa capitale, qui est Juneau), nous descendons jusqu’à Homer et passons la nuit sur la plage. Le temps est changeant et nous assistons à un magnifique coucher de soleil depuis le camion.

Voyage au pays des ours

Le lendemain, direction la ville et un café pour travailler un peu (oui, le statut de nomade digital implique quand même de travailler sur un ordinateur, parfois…). Nous aimerions beaucoup, pour notre documentaire, avoir quelques images d’un vol au-dessus des fjords. Nous tentons donc d’écrire à différentes compagnies et leur proposons un partenariat. Dans l’heure, nous recevons une réponse d’une société qui est intéressée par notre projet et dont la gérante souhaite nous rencontrer. Ils œuvrent depuis des années pour la préservation des ours et sensibilisent à leur protection. Nous convenons alors d’un projet commun. Et, deux jours plus tard, nous délaissons encore Tikal (décidément) pour un petit coucou qui nous emporte au pays des ours.

Une journée extraordinaire

Le vol à lui seul valait le détour. Mais ce que nous avons vu après fut absolument magique ! Nous étions un petit groupe de six, accompagnés d’un guide et d’un pilote. La saison de la remontée des saumons ne faisait que commencer et les ours arrivaient tout doucement à la rivière. Après un vol d’environ 1h30, notre avion s’est posé sur un lac et, armés de nos bottes, nous avons marché à travers la toundra et les rivières. Puis, au bout d’une vingtaine de minutes, nous nous sommes assis au bord d’un cours d’eau.

Les ours en plein partie de pêche

Les ours bruns (ou grizzlis) sont arrivés petit à petit, attirés par les saumons. Notre guide veillait, mais ils faisaient leur vie sans même se soucier de nous. Nous nous sommes retrouvés entourés par une bonne dizaine d’adultes et de jeunes ados. Un moment intense, magique, indescriptible… bref inoubliable. Notre journée s’est déroulée sur ce bord de rivière, à observer et prendre des milliers d’images de ces si belles bêtes.

Ce moment fut d’autant plus intense que ces animaux sont aujourd’hui menacés. En effet, leur vie dans cette région de l’Alaska est totalement liée à la présence des saumons (comme c’est aussi le cas, d’ailleurs, pour les loups et autres mammifères du coin). Or, cette partie du nord des États-Unis est aussi une région riche en ressources d’hydrocarbures. Et aujourd’hui, une compagnie souhaite commencer à creuser et exploiter le sous-sol. Ce projet, Pebble Mine, et toute l’industrialisation qui en découlerait signeraient la mort des saumons et de toute la faune qui en dépend. Cette journée fut donc riche en émotions et nous donna encore plus envie de nous investir dans ce projet de documentaire que nous menons.

C’est encore sous le choc de cette journée inoubliable que nous avons finalement repris la route avec notre fourgon Tikal.

C’est drôle comme un lieu peut sembler différent selon l’époque à laquelle on le visite. Nous étions déjà venus à Seward, en 2016. Mais c’était en septembre. La saison touristique était passée et nous avions découvert une petite ville où le calme régnait. Aujourd’hui, notre van nous amène dans un des ports les plus courus de la péninsule : des centaines de touristes, des campings pleins à craquer. Mais nous avions en mémoire le spot où nous avions dormi. C’est décidé, on y retourne. Et nous nous retrouvons seuls. Dans un cadre magique. Nous sommes dans le lit de la rivière et les montagnes nous entourent. C’est parfait.

Tikal fait de drôles bruits

Nous reprenons la route et quittons la péninsule de Kenai. Direction Valdez. Nous avons beaucoup entendu parler de ce petit port et de ses alentours. Il faut avouer que les montagnes qui entourent ce village sont fabuleuses. Nous arrivons sans encombre, même si Tikal fait depuis quelques kilomètres de drôles de bruits… Nous visitons le village, le port et allons nous balader au glacier Valdez tout proche. Puis un coup d’œil sous le van… Une des vis d’un de nos tirants de direction est tout simplement cassée en deux. Bon… direction le garage.
Après deux petites heures (et quelques billets), nous pouvons reprendre la route. Mais entre-temps, nous avons décidé de nous attarder un peu dans le coin et de partir faire une excursion en bateau le lendemain.

Le glacier Columbia en mouvement

Tikal reste encore une fois sur la terre ferme tandis que nous partons en mer. La journée passe à toute vitesse et, de nouveau, nous en prenons plein la vue. La faune est partout, entre lions de mer, loutres de mer, macareux et… orques ! Notre arrivée devant le glacier Columbia n’est que la cerise sur le gâteau de cette superbe journée ! L’Alaska est décidément un lieu à part.

Rencontre avec les orques

Avant de quitter cet État, nous voulons aller nous promener dans Wrangell St Elias National Park. C’est par une route en gravier de 90 km que nous accédons à l’une des deux entrées du parc. Nous nous garons et décidons de partir dès le lendemain matin pour une petite randonnée. Pas de dénivelé au programme, mais 13 km jusqu’au pied du glacier Columbia en passant par l’ancienne mine de cuivre de Kennecott.

Il va falloir que l’on commence à avancer… Le temps file et nous devons penser à notre redescente vers les USA. Nous prenons donc la route le soir même, en direction du Canada.

L’Alaska nous aura éboulis, séduits, intrigués et finalement totalement envoutés. Il ne nous reste plus qu’une chose à faire, revenir un jour en hiver !

–> Retrouvez Dana & Stéphane sur Instagram et YouTube

Total
2
Shares
Ailleurs sur le web
Partenaire Campérêve