Parmi toutes les innovations que connaît le marché du camper van, certaines soulèvent autant d’admiration que d’interrogation… C’est le cas des tables suspendues de nos fourgons aménagés. Chacun en comprend l’intérêt, car le pied représente un obstacle pour les jambes lorsqu’il faut se glisser sous le plateau plusieurs fois par jour.

C’est encore plus vrai lorsque la profondeur de la dînette se réduit sur les modèles courts de 5,41 m. Très exposé aux chocs, le pied de table se trouve fragilisé au fil du temps.

La chèvre et le chou

Alors, comment s’en passer ? Comme nous avons pu le constater sur les différents salons, à Paris ou à Düsseldorf, des solutions émergent . Évidemment, il faut regarder l’ensemble et pas uniquement l’absence de pied. La stabilité du plateau, souvent mise à mal, la simplicité d’usage ou la présence d’une éventuelle rallonge constituent des critères d’appréciation importants.

On le comprend, c’est un exercice délicat et pour le moins risqué pour les marques qui s’y aventurent, tant il est difficile de faire l’unanimité. En conséquence, Knaus et Weinsberg maintiennent sous le plateau de leur table un support pour un pied… en option. Une bonne manière de ménager la chèvre et le chou. D’autres, à l’image de Rocket Camper, un aménageur allemand, s’affranchissent du caractère esthétique et privilégient la fonctionnalité. Le principe pourrait faire école…

Un sangle pour soutenir la table. Une solution simple et efficace (Rocket Camper).
Ailleurs sur le web
Partenaire Campérêve