Il s’en est passé des choses en 2 semaines ! On a traversé 2 états et même changé de pays… En route pour ce nouvel épisode de notre voyage.

Notre entrée en Oregon se fait sous la pluie mais la côte n’en paraît que plus mystérieuse. Les falaises et les pins se succèdent. Nous découvrons ses nuages qui s’accrochent aux arbres et se glissent entre les branches. Et nous profitons d’une petite accalmie pour faire une balade.

Tikal ne veut pas démarrer

Au retour, pas moyen de démarrer. Tout allait bien et là c’est le silence absolu ! Nous soupçonnons un problème de démarreur et après avoir pris conseil auprès des personnes qui nous suivent sur les réseaux sociaux et de notre famille, nous sortons les gros moyens : la clé à molette pour taper sur le démarreur ! Et ça marche, Tikal redémarre. Nous pouvons reprendre la route et partir à la recherche des fameux Macareux rhinocéros. Nous longeons la côte, là où ils sont réputés être, mais pas moyen de les trouver… Ils sont timides et souvent se tiennent sur des rochers assez loin du rivage.

Bon, un rendez-vous pour notre projet “Sauvage” nous appelle dans les terres et nous prenons la route du Mont Hood.Nous rencontrons l’association Oregon Wild qui s’occupe de protéger le sauvage à travers l’État. Et nous partons avec eux pour relever les différents pièges caméra qu’ils posent dans la forêt. La neige a fondu et les 2 premières caméras sont plutôt facilement accessibles. Sur l’une d’elles, nous apercevons un ours qui est passé juste devant, bonne pioche !

Pour accéder à la troisième, il faut monter un peu en altitude. La neige fait son apparition sur la route. Et le petit SUV qui nous transporte n’en mène pas large. À tel point que nous restons finalement coincés. Posés sur la neige, nous ne pouvons plus avancer. Ni reculer d’ailleurs. Nous ne verrons pas la 3ème caméra donc ! Mais en attendant la dépanneuse, nous avons bien ri de cette situation ! Et j’imagine que Tikal, qui nous attendait au parking devait bien se marrer aussi !

Les macareux sont là

Après quelques balades dans le coin et randonnées matinales, nous repartons sur la côte. Bien décidés à trouver nos Macareux ! Nous arrivons à Cannon Beach, probablement la plage la plus touristique de la côte. Et ils sont là, sur le fameux rocher Haystack. Mouillés par ce crachin qui ne les empêche en rien de voler. Parmi les guillemots et les goélands, nous les apercevons enfin ! C’est le cœur plus léger que nous prenons la route vers l’État de Washington.

C’est encore la pluie qui nous accueille ici pour notre première nuit. Nous remontons doucement vers Olympic Park. Ce parc est gigantesque et occupe toute la péninsule ! Une route en fait le tour et nous décidons de nous lancer. La pluie est toujours là, mais elle rend la visite des forêts de nuages encore plus typiques ! Et puis nous alternons entre la côte et ces montagnes que nous contournons. Il faudrait des jours pour découvrir les chemins de ce parc, randonner et se perdre en pleine nature.

Notre arrivée au nord du parc rime avec retour du soleil et donc des pique-niques ! Nous trouvons le plus merveilleux des endroits pour profiter d’une chaleur bien agréable ! Vient ensuite l’heure des choix sur la suite du voyage. Par où passer… Nous n’avons pas de rendez-vous dans les prochains jours, donc pas d’obligations !
Nous décidons de prendre le ferry pour éviter le détour par Seattle et remonter doucement vers le Canada.

Petite étape agréable sous un soleil retrouvé dans l’Etat de Washington sur la côte ouest des Etats-Unis.

Rencontre avec les orques

Nous passons finalement la frontière. Notre première frontière depuis plus de 2 mois. C’est simple et facile. En 5 minutes c’est fait, et nous sommes en Colombie-Britannique. Direction Vancouver. Nous passons 2 jours dans la ville, le temps de se balader un peu, faire quelques rencontres et changer les pneus de notre fidèle Tikal ! Enfin 2 sur les 4… On verra pour les autres plus tard !

Avant de nous embarquer vers l’île de Vancouver, nous décidons de tenter notre chance dans un parc qui nous a été recommandé pour observer les orques. C’est avec peu d’espoir, tant ces animaux nous semblent difficiles à voir dans cette immense étendue d’eau, que nous y allons.

Après seulement 5 minutes, un énorme aileron apparaît. Puis 2 et 3. Ils sont au minimum 6, là devant nous, à quelques dizaines de mètres. Ils vont vite, mais sortent souvent de l’eau et nous tentons de filmer quelques images.
Quelle rencontre ! C’est avec l’envie d’en découvrir encore plus que nous prenons le ferry pour l’île de Vancouver. Toujours plus au nord !
A suivre…

–> Retrouvez aussi Dana & Stéphane sur Instagram et YouTube

Total
0
Shares
Ailleurs sur le web
Partenaire Campérêve