Nous voilà arrivés en Alaska ! Le bout de la route en quelque sorte et l’objectif final de notre voyage entamé en Californie. Cet État mythique, sauvage, est parcouru par plusieurs routes principales (Highway), mais s’étend sur des milliers de Kmd’espaces naturels. Bref, le lieu privilégié que l’on rêvait de voir de nouveau et qui doit occuper une place importante dans notre travail documentaire sur la faune sauvage.

Fairbanks, pas la plus belle des villes des USA

Cet été est chaud en Alaska, un des plus chauds jamais connu d’ailleurs. Le peu de pluie et la chaleur font qu’une petite étincelle déclenche parfois un énorme incendie. Et c’est sous une épaisse fumée que nous arrivons à Fairbanks. La ville n’est pas la plus belle ville des USA, mais elle sera un bon point de départ avant de prendre la direction du nord. Oui, parce qu’après avoir emprunté la Dempster Highway, nous avons décidé de suivre nos copains Des Fenêtres sur le Monde et faire avec eux la Dalton Highway. Dépasser une nouvelle fois le cercle polaire et parcourir 800 km jusqu’à l’océan arctique…

Cette route sera encore une fois une magnifique expérience avec son lot d’aventures et de surprises. La route longe un oléoduc jusqu’à l’océan et est rythmée par les différentes stations de pompage. Un chemin plus industrialisé en apparence, mais entouré par une nature tout aussi belle que sur la route Canadienne. Nous parcourons donc cette autoroute mythique en 3 jours et, cerise sur le gâteau, nous rencontrons ceux que nous espérions croiser : les bœufs musqués !

Boeufs musqués, venus d’une autre époque… Ils résistent à tout, y compris aux moustiques qui les assaillent…

Alors que nous étions sur notre dernière portion avant Prudhoe Bay, ils étaient là, un groupe d’une vingtaine d’individus. Que de frissons dans ces moments ! Ces animaux sont une légende tant leur résistance à l’hostilité des espaces arctiques est inimaginable… Nous passons un long moment à les regarder, les filmer, les prendre en photos. Les moustiques ne les lâchent pas et c’est avec des nuées d’assaillants avides de leur sang qu’ils se déplacent eux aussi. Cette rencontre rendra les mésaventures à venir beaucoup moins lourdes à porter…

Bizarrement, l’histoire se répète

Nous arrivons donc à Prudhoe Bay. Bout de la route. Mais ici pas de village ; juste une cité industrielle construite autour du pétrole et de l’exploitation du sol de l’extrême nord. Pas d’accès à l’océan non plus, sauf à payer 70 dollars pour faire un tour dans le site pétrolier. Ça sera sans nous ! Nous reprenons donc la route en sens inverse et découvrons un autre paysage. La route est différente, la lumière magique et, après une nuit, nous entamons la dernière partie du chemin avant Fairbanks.

Quand soudain, un gros bruit… Un de nos panneaux solaires s’est envolé et est venu s’écraser sur l’autre, en le brisant en mille morceaux. La tôle ondulée de la route aura eu raison des attaches de notre panneau… Nous nous retrouvons au bord de route à tenter de décrocher tout ça.

La fin du chemin laisse donc un petit gout de déjà-vu. Oui, parce qu’en 2016, lorsque nous sommes venus parcourir la Dalton Highway jusqu’au cercle polaire seulement, notre panneau solaire s’était déjà décroché… L’histoire se répète ! Mais la pensée des bœufs musqués croisés nous rappelle qu’il n’y a rien à regretter. C’était une magnifique expérience, et la casse n’est que matérielle !

Des paysages à couper le souffle

Après quelques jours de réparation sur le parking du magasin Walmart, nous reprenons la route en direction du parc Denali. Mais pour y arriver, nous décidons de ne pas prendre le chemin le plus court. Nous passerons par la Denali Highway, autre route mythique d’Alaska (oui, elles le sont un peu toutes en réalité…). Et ces quelque 200 kilomètres de détour valent la peine de préférer les routes en gravier aux routes bitumées ! Nous en prenons plein les yeux, la lumière et les paysages sont à couper le souffle !

Nous tentons de décaler notre rythme et nous réveillons à 4h du matin pour entamer cette route. Les élans sont debout aussi, et dans la brume matinale, ils nous offrent une vision qui nous motive pour la suite ! Bon, les rencontres animales ne sont pas si nombreuses par la suite, mais la toundra alpine laisse la place aux arbres et aux montagnes. Les paysages défilent et nous font oublier nos récentes péripéties. Nous arrivons au parc Denali sans encombre !

Un élan dans la brume d’un petit matin.

Malgré un temps nuageux et menaçant, nous décidons d’abandonner Tikal pour profiter d’un tour d’une journée dans le parc national. Il n’est pas possible d’entrer avec son véhicule dans Denali, ou du moins pas plus loin que les 15 premiers miles. L’unique route n’accueille que les bus du parc durant des tours à la journée. Nous partons donc en groupe explorer une minuscule partie de ce gigantesque parc. Pas de loup en vue, malgré nos espérances, mais de belles rencontres de rennes, ours au loin, aigle, renard furtif…

Ce premier épisode de l’Alaska aura été à la hauteur de nos espérances : aventures, nature et rencontres animales. Vivement la suite !

©️Google

–> Retrouvez Dana & Stéphane sur Instagram et YouTube

Total
4
Shares
Ailleurs sur le web
Partenaire Campérêve