Malgré les difficultés qui les attendent, de nombreux voyageurs se lancent dans l’aménagement de leur propre fourgon. Ce parcours complexe doit les conduire au final vers l’homologation de leur véhicule en « VASP Caravane ». C’est la reconnaissance ultime de sa mise aux normes et passeport obligatoire pour le contrôle technique.

Le secteur du van et du fourgon n’échappe pas à l’explosion du Do It Yourself (le fameux DIY), autrement dit « Fais-le-toi-même ». Un mouvement porté par des raisons budgétaires, mais aussi par la satisfaction plus personnelle de conduire un projet dans son ensemble. « C’est une grosse fierté de faire son petit chez soi. Tu fais tout ce que tu veux, tu aménages comme tu en as envie, avec les choses que tu aimes », témoignent Maggy et Gilles, partis vivre sur la route après avoir aménagé Coucou Liberté, un Mercedes T1 410D.

Loin de convaincre les seuls « nomades digitaux », catégorie naturellement la plus exposée sur les réseaux sociaux, le mouvement intéresse tous les publics, comme le reconnaît Lucas David, professionnel de l’aménagement (LDcamp) et organisateur de week-ends de formation en Bretagne. « Les profils et les motivations sont très disparates. Si certains nous rejoignent avec une idée très précise, en prévision d’un grand voyage ou d’un changement radical de vie, d’autres viennent par curiosité intellectuelle, pour comprendre les enjeux ; et pas forcément pour aménager un fourgon à terme. Il arrive même qu’ils achètent un modèle clé en main auprès d’un grand constructeur ».

Avant/Après. De leur Mercedes T1 410D mis à nu, Gilles et Maggy ont fait un véritable cocon dans lequel ils vivent à plein temps. ©coucouliberte

“Tu fais tout ce que tu veux,
tu aménages comme tu en as envie,
avec les choses que tu aimes…”

À prendre et à laisser

La grande communauté des aménageurs en herbe se retrouve sur le web, pour le meilleur et pour le pire. Chacun y pioche des idées, des inspirations et partage le fruit de ses expériences : « Nous avons construit l’essentiel de notre van avec du bois de récup’ et le bloc cuisine vient de chez IKEA », se félicitent Fabien et Kloë (@weareutopist), très heureux du résultat. Le système D est privilégié autant que possible. « Il existe des tas de schémas électriques sur le web. Vous en trouverez forcément un qui ressemble à votre installation », conseille un autre bricoleur, sans rappeler les précautions élémentaires de sécurité. Idem pour la carrosserie du fourgon parfois découpée en dépit de tout accord du constructeur. Tout n’est pas forcément bon à prendre…

L’administration est venue remettre un peu d’ordre dans tout cela en mai 2018. Le défaut de correspondance entre l’usage du véhicule et son identification sur la carte grise donne maintenant lieu à une contre-visite lors du contrôle technique. En d’autres termes, le contrôleur vérifie la présence des éléments constitutifs d’un fourgon aménagé en camping-car (VASP Caravane) : des sièges, une table, une cuisine, des rangements et un couchage.

Cette évolution de la réglementation a soulevé un vent de panique chez les nombreux particuliers qui avaient aménagé un utilitaire, souvent à grand frais et parfois avec talent, mais sans jamais procéder à la modification de la carte grise. Faute de pouvoir tout démonter, ils ne leur restaient plus qu’à homologuer leur véhicule, au terme d’une longue procédure de réception à titre isolé.

Dans le fourgon, tout n’est pas bon !

La plus grosse difficulté, au-delà du long dossier d’homologation à réunir, c’est de trouver un fourgon répondant à vos exigences de prix, de poids et de gabarit. Les véhicules utilitaires ont été parfois malmenés au cours de leur carrière. Attention à la rouille perforante qui fragilise la structure, parfois dissimulée sous une épaisse couche de peinture fraîchement appliquée… Prenez toutes les garanties et tous les conseils utiles, car les problèmes ultérieurs risquent d’obérer gravement le budget et briser net les rêves d’évasion… Si possible, faites réaliser un diagnostic moteur auprès d’un laboratoire indépendant (analyse des fluides). Anticipez aussi le coût des réparations et de l’entretien régulier du véhicule, condition essentielle pour le maintenir en bon état. Bref, pour aller loin, ménagez votre monture.

Un précieux sésame

Si l’homologation en VASP s’avère complexe, elle valide la conformité de l’aménagement aux normes françaises. Sont contrôlés les installations gaz, la ventilation, les précautions contre le feu, les sorties de sécurité ou encore le mobilier. En revanche, et contre toute attente, le circuit électrique ne donne pas lieu à une certification par un organisme agréé (Veritas, Qualigaz), contrairement à ce qui se passait auparavant.

Les écueils sont nombreux et certains travaux, à l’image de la pose d’un toit relevable ou d’une rehausse fixe, seront effectués par un professionnel disposant des agréments nécessaires. On ne découpe pas les renforts de carrosserie d’un fourgon sans un minimum de précaution et sans un accord préalable du constructeur. Il en sera de même pour l’intégration d’une banquette destinée à recevoir des ceintures de sécurité.

« On ne va pas se mentir, c’est parfois difficile. Il ne faut pas se décourager. Ce fut pour nous une période assez mouvementée. Nous avons eu pas mal de soucis avec le fournisseur de l’isolant et perdu de précieuses semaines » poursuivent Maggy et Gilles (@coucouliberte) qui ont consacré près de huit mois à l’aménagement de leur Mercedes T1. Par sécurité, une partie des installations (électricité et gaz) fut confiée à un professionnel. Au total, les deux voyageurs ont investi près de 10000 €, hors l’achat du fourgon.

Travailler le bois, installer l’isolation… Une fois qu’on a aménagé son fourgon, on sait tout faire. Ou presque. ©TheTravellingShed

Pas de solution toute faite

Bien sûr, la facture finale dépendra du niveau d’exigence et de confort recherché. Rien n’interdit de transformer une camionnette (CTTE) au moyen d’un aménagement sommaire et démontable, comme nous invitent à le faire certaines entreprises spécialisées. Les éléments sont considérés comme une charge, au même titre que n’importe quel objet transporté. En conséquence, la transformation temporaire ne donne pas lieu à une modification de la carte grise (CTTE), dans la mesure où le véhicule conserve son usage initial après démontage du kit. À ce titre, ne retirez pas l’arrêt de charge derrière la cabine. Pour autant, ces aménagements modulaires n’offrent qu’un confort très succinct et ne présentent généralement pas de garanties réglementaires sur la partie habitable (aucune ventilation permanente). De surcroît, l’aménagement « loisir » n’est pas couvert par l’assurance…

« On ne le répétera jamais assez, il n’existe pas de solution miracle et universelle pour l’aménagement d’un fourgon, malgré les propos de certaines personnes. L’homologation est truffée de cas particuliers, tout comme l’aménagement. Il y aura toujours plusieurs sons de cloche » écrivent Pierre-François et Luce, rédacteurs de guides sur l’aménagement et fondateurs du blog levanmigrateur.com. Ils ont à leur actif plusieurs aménagements, dont un sur Renault Master réalisé avec l’aide d’un professionnel (L’Artisan du Voyage).

Après avoir aménagé leur Mercedes Sprinter, Louise et Julien ont créé le blog mon-fourgon-amenage.fr pour partager leur expérience et venir en aide à ceux qui se lancent dans l’aventure.

L’auto-aménagement ne se développe pas forcément en marge du secteur marchand. Les liens avec les professionnels sont plus étroits qu’il n’y paraît. Pierre-François et Luce, les deux jeunes passionnés, viennent d’ailleurs de créer une plateforme de mise en relation baptisée vansity.fr. Au nombre de dix pour l’instant, les spécialistes référencés sont classés par région et domaine d’activité. « On prend le temps de découvrir le travail de chaque artisan que nous ajoutons au répertoire. Nous ne gardons aucun artisan pas sérieux, c’est la sécurité qu’on donne ! Il n’y a pas non plus de gros artisans sur la plateforme. Nous privilégions les petits pour soutenir leur travail et leur donner de nouvelles opportunités » déclarent-ils sur vansity.fr. À titre de conseil pour les futurs aménageurs, ils poursuivent : « ne sous-estimez pas le travail que nécessite l’aménagement d’un fourgon. Il est possible de le faire tout seul, oui, mais ce sera plus long et plus difficile. Si vous préférez vous sentir accompagné, épaulé et soutenu, n’hésitez pas à faire appel à un artisan ».

Dans le respect des normes

Ceux qui se lancent dans l’aventure de l’auto-aménagement devront se soumettre à des règles impératives faisant l’objet d’une vérification très attentive de la DREAL et des organismes certifiés. « Dans votre aménagement, faites attention à bien répartir les charges et à utiliser des matériaux les plus légers possibles. Presque 100 % des DREAL sont intransigeantes sur cette partie. Prenez le plus de marge possible et répartissez correctement les masses » préviennent Pierre-François et Luce (Le Van Migrateur). Un recueil AFNOR contient toutes les règles d’aménagement. La version antérieure est en accès libre : « Le plus dur c’est de se familiariser avec le jargon de l’administration qui fait souvent des phrases compliquées pour dire des choses simples » confie Maggy (@coucouliberte).

Il est important de se faire aider, d’où la profusion de blogs, de sites et de groupes de discussion. Pour autant, la surinformation et les avis contradictoires entretiennent la confusion et nuisent généralement à la prise de décision.

Un coup de main bienvenu

« On voit arriver beaucoup de particuliers désorientés. Le plus gros problème vient du matériel utilisé, acheté directement sur internet. Il est parfois difficile à mettre en œuvre et souvent inadapté à leur besoin. Ça concerne aussi bien l’isolation que l’installation du gaz », raconte Éric Moreau qui a créé L’Artisan du Voyage en 2017 avec son fils Nathanaël.

Pour les travaux les plus délicats comme ceux concernant le gaz, participer à une masterclass organisée par LD Camp permet de se rassurer. ©Célia Robert

Pour y voir plus clair et mieux identifier les difficultés à venir, beaucoup se font accompagner. Aménageur professionnel (il a créé LD Ccamp), installé en Bretagne, Lucas David leur propose des sessions de formation au rythme d’une dizaine de stages par an. Le programme sur deux jours balaie toutes les questions techniques – et elles sont nombreuses : électricité, isolation, création d’un circuit d’eau, découpe de la tôle… « Ces Master Class leur donnent une vision globale et les aident à faire les bons choix. Ce n’est pas forcément les meilleurs bricoleurs qui s’en sortent le mieux. Il faut surtout de la méthode et une bonne motivation », précise Lucas. Principalement théorique, la formation laisse peu de place à des ateliers pratiques. « Les explications concernant la réglementation et la rédaction du dossier de RTI prennent de plus en plus de temps. Quoi qu’il arrive, je les encourage à se mettre aux normes ».

À destination des aménageurs en herbe, les professionnels développent un éventail de services qui vont du pré-contrôle avant le passage à la DREAL jusqu’à la commercialisation de plans d’aménagement qui permettent de gagner du temps en passant directement à la fabrication. Pour autant, cette solution, si elle présente des avantages, supprime le plaisir exquis de concevoir le schéma d’aménagement.

En savoir plus

• Stages de formation à l’aménagement
ldcamp.fr

• Certification Qualigaz
Tél. : 01 41 61 19 82

• Recueil des normes AFNOR
boutique.afnor.org

• Partage d’expérience
mon-fourgon-amenage.fr

• Conseils et commercialisation d’ouvrages de vulgarisation
levanmigrateur.com

• Groupe Facebook
Vanlifers autour du monde

• Vanlifest, festival annuel des constructeurs autonomes
vanlifest.fr

 

» VOIR AUSSI :

Mention VASP “Caravane” : ça veut dire quoi !

Contrôle technique : les aménagements non VASP sont refusés

10 conseils pour aménager son fourgon soi-même

Repérer et traiter la rouille avant d’aménager un van

Isolation du fourgon aménagé : les 5 erreurs à ne pas commettre !

 

Ailleurs sur le web
Partenaire Campérêve